Google et Apple font face des attaques des petites entreprises qui pointent du doigt la mise en place de monopoles au travers de leurs app stores Dans le cadre d’une audition au Snat amricain



L’audition tait le dernier exemple en date de l’examen de plus en plus minutieux dont font lobjet les grandes entreprises technologiques et de l’accord croissant entre les dmocrates, les rpublicains et les petites entreprises sur le fait que les plus grandes entreprises technologiques du monde sont devenues trop puissantes. Les reprsentants d’Apple et de Google ont dfendu les pratiques de leurs entreprises affirmant qu’elles ne copient pas leurs concurrents, que peu d’applications paient leurs commissions et que celles-ci servent financer la scurit de leurs magasins d’applications. Les snateurs tant dmocrates que rpublicains se sont montrs sceptiques quant ces explications.

Spotify a mis en avant le fait qu’Apple l’empchait d’indiquer ses clients qu’ils pouvaient trouver des prix plus avantageux en dehors de son application iPhone. Match Group a dclar qu’il payait dsormais prs de 500 millions de dollars par an Apple et Google en frais d’utilisation de l’app store, ce qui reprsente la plus grosse dpense de l’entreprise de rencontres.

Apple et Google ont longtemps eu la mainmise sur le march des applications mobiles. Mais cette position, qui leur a rapport des centaines de milliards de dollars, leur attire de plus en plus de problmes rglementaires, juridiques et de relations publiques. Les lgislateurs fdraux et des tats organisent des auditions et envisagent de lgifrer pour affaiblir les contrles des magasins d’applications des entreprises. Le ministre de la Justice enqute sur la question. Et dans un procs qui se tiendra le mois prochain, Apple doit affronter Epic Games, lditeur du jeu Fortnite, qui poursuit Apple pour l’avoir oblig utiliser le systme de paiement d’Apple dans son application iPhone.

Le pouvoir exact que les propritaires de magasins d’applications devraient avoir sur les dveloppeurs est une question controverse ces derniers temps. Dsormais, tous les dveloppeurs dapplications qui ont fait face Apple et Google dans les derniers mois sont run dans le cadre dune coalition. date, ils sont une dizaine runis dans le cadre dune organisation but non lucratif dont le but est de dfendre la libert de choix et la concurrence loyale sur lApp Store et lcosystme des applications en gnral.

Les griefs de la Coalition for App Fairness contre Apple

Apple utilise son contrle du systme d’exploitation iOS pour s’attribuer des faveurs en contrlant les produits et les fonctionnalits qui sont la disposition des consommateurs. Apple exige des fabricants d’quipements qu’ils limitent les options, oblige les dveloppeurs vendre par l’intermdiaire de son App Store et va mme jusqu’ voler les ides des concurrents , indique la coalition propos du positionnement de monopole dApple.

Pour la plupart des achats effectus dans son App Store, Apple prlve 30 % du prix d’achat. Aucun autre frais de transaction – quel que soit le secteur d’activit – ne s’en approche.

Cette taxe sur les applications rduit considrablement le pouvoir d’achat des consommateurs et touffe les revenus des dveloppeurs. C’est particulirement injuste lorsque cette taxe est impose des applications qui sont en concurrence directe avec des applications similaires vendues par Apple. Cela place les entreprises dans une position concurrentielle nettement dsavantageuse et fait donc augmenter les prix pour les consommateurs.

Les dveloppeurs constatent qu’une taxe de 15 30*% sur l’App Store d’Apple reprsente une part norme de leurs revenus et ne peuvent souvent s’y opposer. Ils font valoir que lorsqu’ils sont en concurrence avec l’une des applications d’Apple la situation devient encore plus difficile.

Apple a introduit pour la premire fois la redevance de 30 % sur les applications en 2011, ce qui a oblig de nombreuses applications cesser compltement leurs activits. Treehouse, une plateforme de formation en ligne, a dvelopp une application base sur la lecture, iFlow Reader, qui a t l’une des nombreuses victimes de la nouvelle taxe impose. “Apple vient de larguer une bombe nuclaire sur nous tous”, a dclar publiquement Treehouse, prcisant que les “nouvelles rgles draconiennes” avaient rendu “impossible pour quiconque, sauf Apple, de vendre des livres profit sur iOS”.

Le cofondateur d’Apple, Steve Jobs, dans un courriel interne, a montr peu de sympathie pour le petit dveloppeur. Il l’a dit d’autres dirigeants d’Apple : “Nous n’avions pas de politique et maintenant nous en avons une et il y aura des morts sur la route cause de cela. Je ne me sens pas coupable”.

Les dveloppeurs et les crateurs veulent qu’Apple ouvre sa plateforme App Store afin que toute entreprise puisse construire des logiciels ses propres conditions et les diffuser librement. Les utilisateurs devraient galement avoir la possibilit d’installer des logiciels, gratuitement, de n’importe o, afin que les rgles du jeu soient les mmes pour tous et qu’il y ait une vritable concurrence dans le domaine du dveloppement et de la distribution de logiciels.

Un march quitable et quilibr signifierait que chaque fournisseur de logiciel et chaque fournisseur de composants peuvent se faire concurrence sur iOS sans tre contraints par des conditions et des limitations qui ont t labores par la socit qui vient de programmer le systme d’exploitation de l’appareil d’un utilisateur. Tout comme chaque partie de l’conomie du web est ouverte la concurrence, chaque partie de l’conomie des applications doit tre ouverte la concurrence , indique la coalition pour ce qui est des frais en vigueur sur lApp Store.

l’aube de la rvolution des ordinateurs personnels, les logiciels taient quelque chose que l’on achetait dans un magasin, et tant que le systme d’exploitation correspondait, ils fonctionnaient sur n’importe quel ordinateur.

C’est pourquoi aujourd’hui, les logiciels pour ordinateurs personnels sont largement disponibles sur le web pour chaque systme d’exploitation. L’ide qu’un consommateur ne puisse utiliser que des logiciels vendus par le mme fabricant que son ordinateur portable semble ridicule. Sauf que c’est exactement la rgle qu’Apple a impose aux appareils personnels dans des milliards de poches.

Les applications iPhone ne sont disponibles que via l’App Store d’Apple. Si les consommateurs veulent qu’une application fonctionne sur leur appareil mobile, le dveloppeur de l’application doit suivre les rgles, les taxes et les exigences d’Apple. Mais si les consommateurs veulent utiliser cette mme application depuis leur ordinateur, les rgles, les taxes et les exigences ne s’appliquent pas. C’est un chteau de cartes.

Voici un exemple de la faon dont ce problme se manifeste : Epic produit l’un des jeux vido les plus populaires de tous les temps, Fortnite. Si un joueur de Fortnite achetait une mise jour sur l’App Store, il pourrait se voir facturer 9,99 $. Cependant, cette mme mise jour ne cote que 7,99 $ lorsqu’elle est achete directement par l’intermdiaire d’Epic.

Alors pourquoi est-il plus cher pour les joueurs d’acheter une mise jour de Fortnite sur l’App Store ? Une raison : la taxe sur les applications. Lorsqu’un consommateur paie une mise niveau Fortnite via son appareil mobile, Apple peroit sa taxe arbitraire sur l’application. En revanche, lorsque le service est pay directement par Epic, ce dernier peut rpercuter les conomies ralises sur les clients – mais voici le hic : Apple indique expressment aux dveloppeurs qu’ils ne sont pas autoriss informer leurs clients sur les options moins coteuses, sous peine d’tre bannis de l’App Store.

Pensez cela un peu diffremment : une bote de Cheerios cote environ 3 $ chez Kroger, mais il arrive que Cheerios offre un coupon qui ramne le prix 2,50 $ dans tous les magasins qui proposent des Cheerios. Ce que fait Apple, c’est un peu comme si Kroger disait aux Cheerios qu’elles n’ont pas le droit d’offrir des coupons, et que si elles le font, les Cheerios risquent d’tre expulses de l’alle des crales. Les consommateurs ne tolreraient pas ce type de comportement monopolistique sur leurs crales, alors pourquoi devraient-ils l’autoriser pour les applications utilises sur leurs appareils mobiles ?

Qu’il s’agisse de leur ordinateur personnel ou de leur appareil mobile, les consommateurs mritent et doivent s’attendre un choix illimit en ce qui concerne le lieu, le moment et la manire dont ils achtent les applications ou les logiciels , ajoute la coalition pour ce qui est de la limitation des liberts des utilisateurs.

La vision de la coalition

Les plateformes en ligne les plus populaires au monde et les app stores qui en rgissent l’accs sont devenus une passerelle essentielle pour les consommateurs de produits et services numriques du monde entier. Si elles peuvent tre bnfiques lorsqu’elles sont exploites de manire quitable, elles peuvent galement tre utilises par les propritaires de plateformes pour nuire aux dveloppeurs et aux consommateurs. Alors que les responsables de l’application des lois, les rgulateurs et les lgislateurs du monde entier cherchent rsoudre ces questions importantes, nous les invitons reconnatre que chaque dveloppeur d’applications, quelle que soit sa taille ou la nature de son activit, a droit un traitement quitable de la part de ces app stores et des propritaires de plateformes qui les exploitent, et devrait se voir accorder les droits suivants :

  • aucun dveloppeur ne devrait tre tenu d’utiliser exclusivement un app store ni de recourir aux services auxiliaires du propritaire de l’app store y compris les systmes de paiement ou d’accepter d’autres obligations supplmentaires pour avoir accs l’App Store ;
  • aucun dveloppeur ne doit tre banni de la plateforme ou faire l’objet d’une discrimination fonde sur le modle commercial d’un dveloppeur, la manire dont il fournit le contenu et les services, ou s’il est en concurrence d’une quelconque manire avec le propritaire de l’App Store ;
  • chaque dveloppeur devrait disposer en temps utile des mmes interfaces d’interoprabilit et informations techniques que le propritaire de l’App Store met la disposition de ses propres dveloppeurs ;
  • chaque dveloppeur devrait toujours avoir accs aux magasins d’applications tant que son application rpond des normes quitables, objectives et non discriminatoires en matire de scurit, de confidentialit, de qualit, de contenu et de scurit numrique ;
  • les donnes d’un dveloppeur ne doivent pas tre utilises pour le concurrencer ;
  • tout dveloppeur devrait toujours avoir le droit de communiquer directement avec ses utilisateurs par le biais de son application des fins commerciales lgitimes ;
  • aucun propritaire d’App Store ne doit s’engager dans la publicit de ses propres applications ou services, ou interfrer avec le choix des prfrences ou des dfauts des utilisateurs ;
  • aucun dveloppeur ne devrait tre tenu de payer des frais ou des parts de revenus injustes, draisonnables ou discriminatoires, ni de vendre au sein de son application ce qu’il ne souhaite pas vendre, comme condition d’accs l’App Store ;
  • aucun propritaire d’App Store ne doit interdire des tiers de proposer des boutiques ‘applications concurrentes sur sa plateforme, ni dcourager les dveloppeurs ou les consommateurs de les utiliser ;
  • tous les App Stores seront transparents en ce qui concerne leurs rgles et politiques et leurs possibilits de promotion et de commercialisation, les appliqueront de manire cohrente et objective, notifieront les changements et mettront disposition une procdure rapide, simple et quitable pour rsoudre les litiges.

Source : Senate judiciary committee

Et vous ?

Partagez-vous lavis selon lequel les grandes entreprises technologiques amricaines sont devenues trop puissantes ?
Quelle solution prconisez-vous cette situation de monopole dnonce par des acteurs tiers ?

Voir aussi :

Face au Congrs amricain, Jeff Bezos dclare qu’il ne peut pas garantir que les employs d’Amazon n’ont pas accs aux donnes des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
Fortnite aurait fait exploser les bnfices d’Epic Game en 2018 jusqu’ 3 milliards de dollars grce notamment la vente de contenus additionnels
Aprs un bras de fer qui aura dur prs de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrmement mince la possibilit d’viter le Play Store
Google assure que Fortnite ne bnficiera d’aucun traitement de faveur sur le Play Store s’il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dnonce un abus de position dominante



Source link

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *