La valeur du jour à Wall Street – COCA-COLA en tête du Dow Jones grâce à ses bons résultats


(AOF) – Coca-Cola progresse de 1,02% à 54,23 dollars, prenant ainsi la tête d’un indice Dow Jones en recul. James Quincey, PDG du numéro un mondial des sodas, a déclaré : “Nous sommes encouragés par l’amélioration de nos activités, en particulier sur les marchés où la disponibilité des vaccins augmente et où les économies s’ouvrent, et nous restons confiants dans nos prévisions pour l’année.” L’activité a en particulier été forte en Asie où elle a progressé de 18% en organique, bénéficiant d’un effet de base favorable en Chine en raison du début de la pandémie au premier trimestre 2020.

Au premier trimestre 2021, Coca-Cola a ainsi enregistré un bénéfice net, part du groupe, de 2,245 milliards de dollars, soit 52 cents par action contre respectivement 2,775 milliards de dollars et 64 cents, un an auparavant. En données ajustées, le bénéfice par action est ressorti à 55 cents, dépassant de 5 cents les anticipations des analystes.

Les revenus ont augmenté de 5% à 9 milliards de dollars, à comparer au consensus de 8,68 milliards. La croissance interne du groupe a atteint 6% et les ventes en volumes sont stables. Au cours du premier trimestre, les tendances des volumes se sont améliorées régulièrement chaque mois, grâce à la reprise sur les marchés où l’incertitude liée au coronavirus s’est atténuée.

” Le chemin de la reprise reste toutefois asynchrone dans le monde entier. Le volume du mois de mars est revenu aux niveaux de 2019, la croissance dans la distribution à domicile étant compensée par la pression dans la distribution hors domicile “, a commenté la firme d’Atlanta.

Grâce à ce bon début d’année, le groupe a confirmé ses objectifs 2021: cette année, le concurrent de Pepsi-Cola cible une croissance interne comprise entre 5% et 10% et un bénéfice par action ajusté en progression de 5% à 15% par rapport au 1,95 dollar de 2020.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Des difficultés pour les acteurs du secteur

Les  entreprises de l’agroalimentaire demandent des aides pour la valorisation des stocks des invendus à travers notamment un crédit d’impôt et un plan de relance spécifique.

Même un grand groupe comme Danone remet en question sa stratégie. Pour la première fois depuis 2011 il a mis en place un plan de restructuration consistant en la réalisation d’un milliard d’euros d’économies, une rationalisation du portefeuille de produits et la suppression de 2.000 postes. Son dirigeant estime, qu’au-delà du choc de la Covid, le groupe est resté trop longtemps tourné vers une stratégie globale et non locale.

En revanche Nestlé se porte mieux. Sur les neufs premiers mois, sa croissance organique a été de 3,5 %, portée par un fort dynamisme de l’activité au troisième trimestre (+5 %) et par ses activités de café et d’alimentation pour animaux domestiques.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *