Pourquoi les AirTags d’Apple ne peuvent pas servir à traquer quelqu’un


Les AirTags d’Apple ont été conçus pour ne pas être utilisés comme des outils de pistage, espionnage ou stalking. On vous détaille toutes les mesures de sécurité prises par Apple pour créer son réseau planétaire d’objets trouvés.

Le 21 avril 2021, Apple a enfin annoncé ses AirTags. L’objet, que l’on retrouve par indice dans l’écosystème Apple depuis 2019, est une balise de détection Bluetooth qui s’accroche à n’importe quel objet et vous permet de le retrouver depuis l’application Localiser de votre iPhone (ou de tout appareil Apple au demeurant). Mais s’il ne s’agissait que de ça, pourquoi Apple se lancerait-il sur un marché qui n’a pas vraiment explosé, des balises Wistiki qu’on retrouvait dans les Fnac et Darty aux plus récentes balises Tile ou Chipolo ?

Eh bien c’est parce qu’Apple a fait des AirTags un produit bien plus mature, qui repose sur une promesse dont ils sont une petite brique : constituer un immense réseau d’objets trouvés mondial, où chaque appareil iOS ou macOS peut agir comme un relai, du AirTag vers son propriétaire. Le tout, de manière chiffrée et anonymisée en permanence, comme nous l’expliquions au moment où Apple a dévoilé ce protocole.

Mais qu’en est-il de la vie privée des personnes qui ont un AirTag et de celles qui sont à proximité d’un AirTag d’un autre ? Numerama fait le point, après avoir posé les questions les plus alambiquées directement aux équipes qui ont conçu ces produits.

AirTags : privacy by design

Quelques généralités. Premièrement, il faut comprendre le fonctionnement général des balises : elles ne sont pas faites pour suivre un objet qui s’éloigne de vous, mais pour vous indiquer quand un objet n’est plus à proximité. La nuance est de taille, car dans le premier cas, on pourrait imaginer des tas de scénarios de stalking ou d’espionnage. Sur ce point, les AirTags sont irréprochables et Apple semble avoir pensé à tous les cas de figure.

Les Apple AirTags dans un doudou // Source : Capture d’écran Numerama

Non. L’AirTag a été conçu pour être appairé à un iPhone — celui de son propriétaire. S’il le place dans votre sac pour vous traquer à votre insu, l’AirTag va se manifester très rapidement dès que vous allez vous éloigner.

Si vous avez un iPhone, une petite notification va apparaître sur votre écran vous indiquant qu’un AirTag inconnu est à proximité. C’est un moyen de savoir qu’un objet est peut-être perdu pas loin ou de savoir tout de suite que quelqu’un essaie de vous piéger. Des consignes sont affichées à l’écran pour vous dire quoi faire si vous trouvez l’AirTag.

Si vous n’avez pas de smartphone, l’AirTag va bien entendu aussi se manifester. D’une manière toute simple : il va se mettre à sonner, suffisamment fort pour que vous puissiez l’entendre. Si vous ne connaissez pas cet AirTag, il suffira de l’écraser d’un bon coup de botte pour faire perdre de l’argent au stalker présumé.

Si vous avez un smartphone Android, vous aurez évidemment le droit à la petite sonnerie qui vous permettra de le repérer et vous pourrez aller plus loin : l’AirTag dispose d’un numéro de série NFC standard qui peut être lu avec n’importe quel appareil. Poser l’AirTag ouvrira une page web Apple qui vous donnera des instructions sur la marche à suivre.

En d’autres termes, les AirTags sont presque impossibles à utiliser comme des objets de stalking ou d’espionnage, contrairement à n’importe quelle balise GPS pour chat vendue dans le commerce depuis des années.

Non. Ce ne sont pas des balises GPS, ni des objets pour des êtres vivants. Si vous voulez suivre votre enfant sur le chemin de l’école, l’AirTag réagira comme s’il était loin de vous : il va sonner. Pareil pour votre chat.

Un AirTag ET un chat : ok. Un AirTag sur un chat : pas ok. // Source : Capture d’écran Numerama

Oui ! C’est toute la subtilité : l’AirTag accroché à votre vélo aura détecté que vous avez votre iPhone sur vous quand vous l’avez laissé à un point fixe. Donc il sait que c’est vous qui avez laissé cet AirTag à cet endroit et si vous ne le déclarez pas perdu ou ne cherchez pas à le localiser, comme vous pourriez le faire avec des clefs oubliées chez un ami, il ne va pas réagir comme un AirTag volé.

Si votre vélo ou votre scooter bouge sans vous en revanche, ce qui est mauvais signe reconnaissons-le, il va entrer en mode perdu et vous envoyer une alerte sur votre iPhone dès qu’il le peut.

Prenons la question à l’envers : que se passe-t-il quand vous déclarez un AirTag volé ? Cela fonctionnera exactement comme avec un iPhone perdu. Vous pourrez afficher votre numéro de téléphone pour convenir d’un rendez-vous, en plus d’un petit message. Est-ce que cela peut être un guet-apens pour vous dépouiller ? Oui, mais ce n’est pas vraiment la faute du système proposé par Apple.

Comme vous l’avez compris, les AirTags n’ont pas de 4G. Ils reposent sur une sorte de réseau pair à pair constitué de tous les appareils Apple en circulation — il y en a plus d’un milliard et qui pourraient être connectés à Internet.

Le AirTag, qui ne possède que du Bluetooth à sa disposition, va émettre à la ronde s’il est déclaré perdu. Si un iPhone avec le Bluetooth activé passe à portée, il va être utilisé comme un relai par le AirTag vers son propriétaire. Le propriétaire de l’iPhone ne sera pas au courant de cela — on parle d’un envoi de donnée infime et chiffrée de sorte que même Apple ne connaisse la position ou l’iPhone qui a envoyé le signal. La seule chose que le propriétaire du AirTag va recevoir, c’est une notification qui dira où est son objet. Le propriétaire de la balise sera déjà loin.

Who’s who

Crédit photo de la une :
Capture d’écran Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *