Choyé par les boursicoteurs, GameStop grimpe encore à Wall Street


(New York) L’action de la chaîne de magasins de jeux vidéo GameStop a poursuivi mardi à Wall Street son étonnante ascension après avoir déjà été à l’origine fin janvier d’une fièvre spéculative qui avait déstabilisé la Bourse new-yorkaise.




Agence France-Presse

Le titre du groupe, qui s’échange au NASDAQ sous le symbole GME, a grimpé de 26,94 %, terminant à 246,90 dollars.

En prenant en compte la progression de lundi, l’action est montée de près de 80 % depuis le début de la semaine.

Cette percée n’est pas sans rappeler le vent de folie spéculative qui avait porté GME à d’improbables sommets il y a un mois et demi.

Le titre avait alors été soutenu par une armée de boursicoteurs, adeptes des réseaux sociaux et du site Reddit, qui s’étaient ligués contre de grands fonds d’investissement ayant misé sur l’effondrement boursier de GME pour réaliser des profits.

L’action avait décollé sous l’effet de mouvements massifs d’achat, puis était brutalement retombée début février avant de connaître quelques soubresauts.

Des décisions controversées de plateformes de courtage comme Robinhood, qui avait temporairement limité les opérations d’achat de GME, avaient également suscité de vives critiques de la part de responsables politiques de tous bords.

L’envolée de GameStop des deux dernières séances intervient après la mise en place par l’entreprise d’un comité stratégique au sein du conseil d’administration chargé d’accélérer la transition digitale de l’entreprise.

Ce groupe va être dirigé par l’actionnaire activiste Ryan Cohen, co-fondateur de la plateforme de vente en ligne de produits pour animaux Chewy, dont la récente entrée au capital de GameStop avait été l’un des éléments déclencheurs de l’explosion boursière fin janvier.

Le comité a pour objectif de « transformer GameStop en entreprise technologique et d’aider à créer de la valeur sur le long terme pour les actionnaires », a indiqué lundi l’entreprise dans un communiqué.

Pendant que GME s’envolait à Wall Street, les membres de la commission bancaire du Sénat américain ont participé par visioconférence à une audition intitulée « Qui gagne à Wall Street ? GameStop, Robinhood et l’état de l’investissement des particuliers. »

Les parlementaires ont interrogé des universitaires, conseillers financiers et spécialistes de la régulation boursière pour déterminer les outils qui pourraient être mis en place pour rendre l’accès à Wall Street plus équitable et transparent pour les petits investisseurs.

L’une des suggestions, évoquée par plusieurs membres du panel, est une taxe sur les transactions financières visant à limiter la négociation haute fréquence, qui permet d’exécuter rapidement un nombre très important d’opérations grâce à des algorithmes et est souvent accusée de contribuer artificiellement à la volatilité du marché.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *